Les croquettes pour chien sans céréales peuvent-elles causer des maladies cardiaques ? 

Les croquettes pour chien sans céréales peuvent-elles causer des maladies cardiaques
En juin 2018, une vétérinaire nutritionniste, le Dr Lisa Freeman, publie un article sur le site de la Cummings School of Veterinary Medicine qui fait l’effet d’une bombe. Dans cet article, elle affirme que la nourriture industrielle dite “sans céréales” est responsable d’une augmentation du risque de maladies cardiaques chez le chien.

Suite à cela, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a publié un communiqué le 12 juillet 2018 visant à sensibiliser les propriétaires de chien au risque de maladie cardiaque lorsque l’animal est nourri avec des aliments sans céréales ; ou plus précisément lorsque les céréales sont remplacées par des pois, des pommes de terre ou encore des lentilles.

Ces ingrédients, lorsqu’ils sont présents en grande quantité, pourraient engendrer des carences responsables d’une cardiomyopathie dilatée.

L’été suivant, en 2019, la FDA en remet une couche, en dévoilant ce coup-ci le nom des 16 marques de croquettes pour chien sans céréales qui seraient associées à cette maladie. Parmi les plus connues, on retrouve les marques Acana et Orijen, qui sont pourtant souvent citées comme faisant partie des meilleures croquettes pour chien du marché.

La cardiomyopathie canine dilatée

La cardiomyopathie dilatée est une maladie du muscle cardiaque qui provoque une hypertrophie du cœur, et un affaiblissement de celui-ci. Cet affaiblissement entraîne une réduction du débit sanguin, responsable d’anomalies du rythme cardiaque, qui se manifestent par une grande fatigue et des difficultés à respirer. On peut également observer une insuffisance cardiaque congestive, qui correspond à une accumulation de liquide dans le thorax ou l’abdomen, voire une mort subite, dans les cas les plus graves.

Les dogues de Bordeaux ont une prédisposition génétique à cette pathologie, mais c’est aussi le cas d’autres races de chien de grande taille, comme les boxers, l’Irish Wolfhound, le Rottweiler, le Terre-Neuve, ou encore le Saint-Bernard.

Le rôle des croquettes sans céréales

Ces dernières années, certains vétérinaires qui ont observés une recrudescence des cas de cardiomyopathie canine dilatée, ont remarqué que les chiens atteints avaient tendance à être nourris avec des croquettes sans céréales, ou avec des aliments contenant des ingrédients exotiques, tel que les fèves, le kangourou, l’orge, le buffle, le bison ou les pois chiches.

A l’heure actuelle, la relation de cause à effet n’est pas encore scientifiquement prouvée. Toutefois, certaines études ont montré que la condition des chiens malades (qui avaient des alimentations sans céréales ou exotiques) s’est généralement améliorée suite à un changement de régime alimentaire.

Les données actuelles semblent montrer que ce n’est pas tant l’absence de céréales mais plutôt la présence de légumineuses ou de pommes de terre qui joue un rôle important dans le développement des cardiomyopathies dilatées. En effet, de nombreuses marques de croquettes préfèrent développer des recettes sans céréales, tout simplement parce que c’est à la mode actuellement. A tort, on a tendance à penser que les croquettes sans céréales présentes moins de risque d’allergie ou d’intolérance alimentaire, puisque par définition, elles sont sans gluten. Le problème, c’est que les céréales – qui sont une source importante de protéines – doivent être remplacées quelque chose. Généralement, elles ne sont pas remplacées par de la viande, car cela reviendrait trop cher au fabricant. Elles sont donc le plus souvent remplacées par des pommes de terre, ou des légumineuses tels que les pois.

Or, ces ingrédients contiennent des facteurs qui diminuent l’absorption de la taurine par l’organisme, et on sait maintenant qu’une carence en cet acide aminé essentiel est une cause majeure des maladies cardiaques. On pense aussi que les pois et les pommes de terre sont plus carencés que les céréales en ce qui concerne certains composés importants pour le bon fonctionnement du métabolisme cardiaque, comme les vitamines B6 et B12.

De nouvelles études sont en cours pour éclaircir le rôle de l’alimentation dans le développement de la cardiomyopathie canine dilatée, mais en attendant les résultats, il vaut mieux appliquer le principe de précaution et éviter les marques de croquettes qui contiennent dans leur recette de trop grandes quantités de pommes de terre et légumineuses.